Blu-ray Mother – Test Blu-ray

Test Blu-ray Mother

En résumé…
Un Blu-ray respectant à la lettre le propre de la bobine. Au vu de la qualité du métrage et de son aura incroyable, l’édition se la joue comme indispensable. Une expérience démente, à découvrir !


– Avis technique –
Image : L’esthétisme granuleux n’aide pas forcément le rendu. La proposition perd de sa superbe avec un souci du détail en retrait, une colorimétrie rare et volontairement réduite. Un grain s’affiche continuellement. Les spécificités inhérentes ne peuvent donner un résultat acéré.
Note :… 8/10
Son : Le français s’en tire plutôt bien, restituant efficacement le mixage, même si son homologue anglais le dépasse aisément avec bien davantage de coffre et de précision.
Note :… 9/10

– Synopsis –
Un couple voit sa relation remise en question par l’arrivée d’invités imprévus, perturbant leur tranquillité.

– Informations –
Sortie le 23.01.2018. Paramount.
De Darren Aronofsky. Avec Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Ed Harris, Michelle Pfeiffer.
Visionné le 01.01.2018. France. 2h01.
Français Dolby Digital 5.1 – DTS-HD Master Audio 5.1 / Sous-titres Français.
Bonus » détails sur la fiche Amazon

– Critique subjective –
Difficile de donner un avis sur pareille épreuve cinématographique sans en dévoiler les tenants. L’atmosphère au cordeau, l’histoire étouffante, le cadre lieu lourd de significations, les références bibliques, la création comme puissante résonnance, l’amour biaisé sont autant d’atouts que de pertes de repères. Jusqu’à la fin, le suspense se maintient, pire, le film prendra sens des heures plus tard. Réflexions obligatoires. Darren Aronofsky signe une singularité cinématographique à ne pas mettre devant tout un chacun, non, l’ambition artistique se révèle ici une détonante arme d’impact, de déboussolement. Le spectateur se questionne, ne saisit que peu. Le final viendra parachever un tout oscillant entre les projections les plus obscures ou l’absence d’explications, ce dernier, terrifiant, marquant et enfin presque libérateur de la pensée générale sur l’ensemble pour que des efforts de lecture de la trame narrative se fassent, garantissant une mise en lumière sur une diabolique destinée. Une œuvre inspirée, intelligente, indéniablement unique, particulière et saisissante.
Note :… 4/5

Attention, révélations !

Il s’agit finalement d’une magnifique métaphore cruelle de la perversion narcissique dans ses travers. La Revoir s’avère(ra) une nécessité afin d’en déceler toutes les “richesses”. C’est ainsi avec horreurs que le réalisateur déploie les possibles de ce trouble de la personnalité encore trop méconnu, avec sa vanité sans borne et en face une dévotion infaillible. La dernière phrase résonne comme un dernier coup de terreur, résumant en quelques mots l’édifiant de la chose. Disséminés sur la longueur, des indices explosent une fois compris le sens réel du récit. Ensuite, clairement, des parallèles se font avec Dieu, le bien, le mal, la mère et le père, l’enfantement comme libération d’une envie pour mieux exister encore, briller. Le perpétuel besoin de renouvellement, d’inspiration. Une boucle infinie. Fascinant.

» Disponible sur Amazon.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *