Blu-ray L’Ennemi Intime – Test Blu-ray

– Image –
Ce Blu-ray nous sert le film dans un transfert impeccable. Les couleurs s’expriment de manière limitée dans le sens où le métrage propose une colorimétrie spécifique et redondante (sombre, thématique militaire, nuit ; En somme, les couleurs vives n’existent pas). En tout cas, la photographie resplendit, appuyée par de solides contrastes et de beaux noirs, nous offrant de sublimes scènes diurnes et nocturnes. La profondeur de champ est infinie, proposant une belle vue des paysages. Un léger grain existe, avec une très faible perceptibilité. Les détails de l’image subliment l’oeuvre sans conteste.

Note
Lire la suite…

Blu-ray Revolver – Test Blu-ray

– Image –

Un transfert de toute beauté qui offre à l’image un rendu 3D de grande envergure. Le piqué est lui aussi du même acabit. Ces deux qualités hissent ce disque parmi le meilleur de la Haute Définition. La palette colorimétrique affiche toute sa richesse durant le film. La profondeur de champ n’est pas en reste, détaillant efficacement les arrière-plans. Ainsi, chaque séquence comporte une précision redoutable. Seul un léger grain apparait de temps en temps. En somme, un Blu-ray qui propose l’œuvre dans un écrin parfait.

Note de l’image
Lire la suite…

Blu-ray L’Exorcisme d’Emily Rose – Test Blu-ray

– Image –
La qualité pour ce Blu-ray est au rendez-vous. L’encodage s’avère être pertinent et homogène. Aucun défaut n’existe sauf un léger fourmillement lors de la scène avec de la brume. Le reste est idéal et le grain de pellicule, apparant de temps en temps, ne gêne pas du tout la vision de l’oeuvre. Les effets de maquillage bénéficient d’un très beau rendu, décuplant l’atmosphère angoissante. Les détails fusent, les noirs demeurent intenses au possible. Les scènes noctures se voient ainsi sublimées, soutenues par une parfaite gestion des contrastes. La profondeur de champ est également présentée idéalement, nous dévoilant, décors et paysages (bien qu’ici, secondaires). De cette manière, avec une telle compression sans artéfacts majeurs, l’oppression du film nous apparait décuplée.

Note
Lire la suite…

1 516 517 518 519 520 528