Fin de Lost : Explications et Révélations : Intégrale Blu-ray

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai regardé Lost, six années durant et les hypothèses naissaient, se cassaient (effet désiré des auteurs) et le final m’avait laissé un petit peu perplexe.

Erreur.

COVID oblige, une envie de voyager, j’ai pris un plaisir immense à regarder Lost quasiment d’une traite et soudain, la relecture totale de la série m’a permis de me rendre compte de la cohérence exemplaire de l’ensemble et que toutes les réponses sont là, sous nos yeux, après six saisons.

Explications. Spoilers inside évidemment !

La dernière saison donne les réponses, toutes, ni plus ni moins. Mais les réflexions doivent se faire. Il est certain que des points narratifs seront issus des autres saisons.

– La fin –
Lost, c’est une série fortement concentrée sur le bien et le mal. Les codes faciles en témoignent.
Jacob, le gentil, un blond, le bien, est en blanc.
L’homme en noir, le mal, un brun, sans prénom, sera toujours en noir.

Alors, quand on part du principe que Dieu et son antagone, le Diable, ou leurs représentants directs de sur Terre, ont décidé de s’installer sur l’île, la fin, emprunte alors forcément le chemin de la religion.

Par conséquent, je vais analyser la fin selon ma vision des choses, évidemment, il est possible que certains ne voient pas ce que j’ai compris.

Dieu planne donc sur Lost.

Ainsi, cette fin à l’église demeure le point culminant du rêve d’avant la mort.
J’explique.
A l’heure de la mort, Dieu nous autorise à faire un dernier rêve. Le rêve d’avant la mort.
Alors, non, il ne s’agit pas de flash sideways ni de vie parallèle menée, d’un côté ceux bloqués sur l’île après l’explosion de la bombe et de l’autre, cette vie si l’événement magnétique n’avait pas eu lieu. Non.
Cette bombe fera l’objet d’une analyse par la suite.
Finalement, il s’agit d’une tromperie qui ne prendra sens que lors du dernier épisode.

Ce fameux rêve d’avant la mort.
Il explicite tout et pour tous nos héros.

Les personnages ont donc cette possibilité de rêver. Cette dernière possibilité demeure. Un dû avant de passer à trépas.
Alors resituons, ils sont tous sur l’île ou presque.

Ce rêve d’avant la mort leur permet d’accomplir le bien, de faire mieux que leur “moi” sur l’île.
Jacob leur précise que s’ils sont là c’est qu’ils n’avaient rien à perdre. Il y a donc mieux pour eux.

Ainsi, ce rêve d’avant la mort dessine de belles choses pour chacun d’entre eux.

Jack, devient le chirurgien qu’il aurait aimé être, sachant rassurer son patient (il le fait si bien avec Locke), un père, ayant réussi à aimer de nouveau, dépasser son échec de souffrance d’avec son ex-femme, et il a su aimer Juliet. Serein, confiant et empli de bonheur au quotidien.
Kate, devient une femme ordinaire, gentille, rachetant sa faute d’une façon, au travers d’un Desmond, véritable guide, elle est parvenue à reprendre goût à la vie, s’habiller en dame, aider une femme qui accouche, assister à un concert. Fini la délinquante fuyante. La rédemption comme fil de vie.
Sawyer, le truand passant carrément de l’autre côté de la barrière, en devenant détective, un comble. Mais ce métier le passionne et l’aide à combattre ses démons. La loi devenant plus forte que sa haine. Même lorsqu’il dit qu’il tuerait Cooper, sa dévotion pour son métier l’en empêcherait.
Hurley, le malchanceux devient l’opposé cumulant chance et bonheur.
Claire, sera une maman attendrie à la naissance de son enfant, posée et soudainement mature. Prête.
Charlie, après avoir échappé à la mort de peu, se rend compte qu’un renouveau l’attend. Claire. Aaron.

Desmond, la clé de voûte sur l’île, demeure ici aussi la même chose, venant provoquer chez chacun un rappel à la vie, que le rêve d’avant la mort n’est qu’une situation et pas un moment de vie. Un rêve. Le souvenir comme véritable clé de libération pour aller vers l’au delà.
Peny, ne peut qu’être avec eux. Desmond surtout. Toute une partie de sa vie elle a attendu Desmond. Même à la porte d’après la vie. Elle se devait d’être là.

Locke, hésitant car résolu à vivre avec son infirmité, se décide pour remarcher.
Benjamin, professeur bienveillant, guide du savoir, aimant, attachant, au lieu du chef de file de la mort qu’il aimait semer.

Miles, Daniel, Charlotte, demeurent ici des rencontres clins d’oeil, n’ayant pas décidés à rejoindre le clan de Jack et de Locke. Un dernier au revoir suffira.

Bernard, Rose, inutile de leur faire rêver d’avant la mort, leur rêve, ils l’auront vécu jusqu’au dernier souffle, ils le disent ouvertement à Desmond sur l’île. Un amour vrai, sincère et persistant.

Sayid, protecteur dans son rêve d’avant la mort, se sacrifiant par amour, altruiste au possible.
Shannon et Boone viendront aussi rejoindre ce rêve d’avant la mort. Par amour. Shannon aimant Sayid. Boone dévoué pour sa soeur.

Ana-Lucia, Eko ou Frank ne viendront pas non plus rejoindre le clan.
Benjamin l’affirme aussi, qu’il n’a pas sa place parmi eux.
Michael, également, traitre et assassin, ne peut prétendre partir avec eux dans l’autre Monde.

Christian, devient un père flatteur, rassurant et prenant le temps d’aider son fils. Choses qu’il n’avait pas su faire correctement de son vivant. Il vit son rêve auprès de son fils, perdu face au doute de l’après vie.

Sun et Jin, morts ensemble, profiteront de leur rêve d’avant la mort pour partager un peu plus de temps côte à côte, prenant le plaisir d’imaginer ce qu’aurait été leur vie avec leur bébé s’ils n’avaient pas été fauchés par la mort.

Liby, folle de son état, prendra loisir à ne pas l’être dans son rêve d’avant la mort. Juste ce plaisir. Amoureuse et pouvant se délecter de la présence d’Hurley.

Ils se sont tous attendus, afin de partir ensemble.
Mourir seul ou vivre ensemble.
Ne pas être seul et mourir ensemble.

La beauté de ce rêve d’avant la mort se conclut par une ôde à l’amour, aux âmes soeurs, aux oppositions devenues conjointes.
Jack et Locke ont su, chacun à un moment différent que leur vie se devait d’être sur l’île.
La vie après la mort complétera leur envie d’être ensemble.

– L’Amour –
Derrière l’aventure, le fantastique, il réside un sentiment fort, omniprésent, l’amour.
De tous ces états.
Paternel, maternelle, fraternel, amical.

– Rêve ou réalité –
Pendant longtemps j’ai cru que tout ce qui était arrivé sur l’île était un rêve, un moment de purgatoire, mais non, tout s’est réellement déroulé. Les autres, Dharma, la bombe, Jacob, la fumée noire.

– Une prolongation ? –
Mais que deviennent ceux qui décollent ?
Finalement, le rendez-vous à l’église dévoile sans doute qu’ils sont morts, le vol (avion fragilisé) n’ayant peut-être pas résisté à ce nouveau décollage.
A moins que leur vie soit restée à l’identique, et là, le rêve d’avant la mort leur ayant permis de rêver leur vie, de faire mieux, d’atteindre un idéal.

– La bombe –
Elle a bien explosé mais elle n’a pas créé une faille pour une vie parallèle. Qu’importe si le souci magnétique se réalise ou non. Leur destinée était sur l’île.
L’explosion n’a en réalité que propulser comme un premier départ Juliet. Elle aura attendu l’arrivée des autres.

– La temporalité –
Elle n’existe quasiment pas. Pas devant la mort.
Ce souhait de mourir ensemble, de perdurer même après la mort avec ce rêve, commun, aux accords remarquables, démontre que cette attente, cette ultime réunion aura donné un vrai sens à Lost.

Une série incroyablement riche, magnifique et envoûtante.

Merci encore aux créateurs pour ce spectacle unique et mémorable.

» Blu-ray sur Amazon.fr

– Offre Dématérialisée –

» Prime Video Channels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *