Lecteur / Enregistreur Blu-ray Panasonic Diga DMR-BW500 ou DMR-XW400

Une bien belle machine…

Panasonic vient d’annoncer en France le premier lecteur / enregistreur numérique Blu-Ray, le Diga DMR-BW500.

Cette platine sera profil 2.0 et supportera donc le BD Live. Tout y est ; Lecture DivX/MP3/WMA, upscaling en 1080p, décodeurs de nombreux formats audios intégrés, un port mémoire SD/SDHC et HDMI 1.3.
Disponible début novembre lors du lancement de la TNT HD au prix de 1800€, la marque vous offre le Blu-ray de Benjamin Gates 2, une SDHC de 2Go et un Blu-ray vierge.

Doté d’un double tuner TNT HD, le lecteur vous permettra d’enregistrer jusqu’à deux chaînes en même temps sur un disque dur de 500 Go (soit 100 heures), avec ensuite la possibilité de les graver sur un support Blu-ray amovible. Notons que le graveur Blu-Ray sera aussi capable de graver des DVD. A ce jour, les disques Blu-ray vierges se trouvent aux environ de 15 euros ; Après tout dépend du stockage, 25 ou 50 GO, réinscriptible ou non.

Panasonic proposera également le Diga DMR-XW400 au prix 1000€ qui reprendra les mêmes caractéristiques avec un simple graveur DVD et non plus Blu-ray.

.

Blu-ray Jumper – Test Blu-ray

– Synopsis –
Depuis qu’il a découvert qu’il pouvait se téléporter n’importe où sur terre, le monde n’a plus de limite pour David Rice. grâce à son pouvoir, il peut déjeuner en Egypte sur la tête du Sphinx, passer la journée à faire du surf en Australie, dîner à Paris et prendre le dessert au Japon. Les murs ne l’arrêtent plus et aucun coffre de banque ne lui résiste. Libre comme personne, David vit dans l’insouciance la plus totale, jusqu’à ce que…

Lire la suite…

Blu-ray Hitman – Test Blu-ray

– Image –
De beaux mais aussi de très désagréables plans se disputent régulièrement dans le film. En effet, profondeur de champ, piqué, colorimétrie rendent la vision idyllique. Les scènes sont ainsi magnifiques. Malheureusement, en faible éclairage ou de nuit, certaines séquences laissent vraiment à désirer, entachant réellement le travail. Cette dualité, expose alors un Blu-ray non homogène et il nous est difficile de poser un regard indulgent devant les défauts. Dommage ! Cependant, la majeure partie tend à prendre les qualités pour délaisser le négatif.

Lire la suite…

Blu-ray Souviens toi l’été Dernier – Test Blu-ray

– Image –
Un disque ma-gni-fi-que ! La compression est hors du commun, sachant que le film a 11 ans et qu’il se passe à 90 % de nuit, on ne peut qu’être admiratif. Pas un défaut ne pointe son nez. Les scènes nocturnes sont sublimes avec de beaux noirs, de jolis contrastes. Les couleurs excellent à chaque instant. Les séquences proposent une profondeur de champ des plus efficaces. Pas de grain ni de bruit, seuls les plus pointilleux pourront admettre qu’il y a quelques effets de fourmillements (légers) sur les plans du ciel. Les détails, le piqué, la précision rendent idyllique cette vision. Un tel transfert ne pourra que vous ravir et vous amènera à vous débarasser de votre DVD sans aucun regret.

Lire la suite…

Blu-ray Day Watch – Test Blu-ray

– Image –
Ce deuxième opus de la saga a été encodé avec le même soin mais le rendu est moindre. En effet, ce Blu-ray est un cran en dessous du premier. Les fourmillements et le grain sont davantages apparents. Le piqué demeure de très bonne qualité. Les arrière-plans détaillent parfaitement les scènes. Les noirs sont profonds et de beaux contrastes s’affichent devant nous. La palette colorimétrique retranscrit parfaitement l’atmosphère créée par les auteurs. Un disque qui propose donc une précision idéale pour découvrir cette histoire hors-norme.

Lire la suite…

Blu-ray Night Watch – Test Blu-ray

Test de l’image
Un disque d’une qualité redoutable. Fox nous propose ici un encodage qui frise la perfection. Outre, deux ou trois courts laps de temps où de minuscules fourmillements apparaissent, le reste est constant, proposant le film avec un léger grain ‘cinéma’ qui s’oublie rapidement. Ce blu-ray offre un très beau rendu de l’oeuvre. Les noirs sont profonds, les arrière-plans détaillés et une palette des couleurs des plus riches. Le piqué révèle un maximum de précision. Ce beau travail de compression est d’autant plus abouti que le matériau de base ne facilitait pas la tâche : Images crasseuses, Russie morne, faible éclairage, beaucoup de scènes nocturnes. L’éditeur réussit ici un coup de maître.

Lire la suite…

1 674 675 676 677 678 680