Gaumont et le Blu-ray : Une Affaire de Coeur !

La société Gaumont vient de récemment racheter la société Nouvelles Éditions de Films, détentrice des oeuvres cinématographiques de Louis Malle. La société a été fondée en 1956 et dirigée successivement par les frères Malle (Jean-François, Louis puis Vincent). Depuis le décès de Louis Malle en 1995, elle appartenait à ses enfants.

Le catalogue comprend la quasi totalité des films du réalisateur dont notamment Ascenseur pour l’échafaud, Les Amants, Atlantic City, Zazie dans le métro ou encore Au revoir les enfants, Lacombe Lucien et Milou en mai ainsi que le premier film d’Alain Cavalier Le combat dans l’île.

Gaumont renforce ainsi son catalogue de films aujourd’hui composé de plus de 900 oeuvres très diversifiées (films, documentaires, séries, films d’animation…) et poursuit ainsi sa politique de restauration et d’exploitation de son patrimoine.

Voici les 25 premiers projets de l’éditeur pour de futures éditions Blu-ray :
Sous le soleil de Satan (Maurice Pialat, 1987)
Nous ne vieillirons pas ensemble (Maurice Pialat, 1972)
Police (Maurice Pialat, 1985)
Passe ton bac d’abord (Maurice Pialat, 1978)
La gueule ouverte (Maurice Pialat, 1974)
Alexandre le Bienheureux (Yves Robert, 1968)
L’assassin habite… au 21 (Henri-Georges Clouzot, 1942)
Coup de tête (Jean-Jacques Annaud, 1979)
F… comme Fairbanks (Maurice Dugowson, 1976)
Les risques du métier (André Cayatte, 1967)
Mon oncle Benjamin (Edouard Molinaro, 1969)
Arsène Lupin contre Arsène Lupin (Edouard Molinaro, 1962)
Un témoin dans la ville (Edouard Molinaro, 1958)
La passion de Jeanne d’Arc (Carl Theodor Dreyer, 1928)
La dame aux camélias (Mauro Bolognini, 1981)
L’Atalante (Jean Vigo, 1934)
Eaux profondes (Michel Deville, 1981)
Péril en la demeure (Michel Deville, 1985)
Madame de… (Max Ophuls, 1953)
Douce (Claude Autant-Lara, 1943)
Fanny et Alexandre (Ingmar Bergman, 1982)
Héroïnes (Gérard Krawczyk, 1997)
La guerre des gosses (Jacques Daroy, 1936)
Clara et les chics types (Jacques Monnet, 1981)
Carambolages (Marcel Bluwal, 1963)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *